Cette semaine, j’ai interrogé le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur sur le devenir des reconstitutions historiques sur le territoire français

Texte de la question : M. Guy-Dominique KENNEL attire l’attention du Ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, sur les grandes inquiétudes qui subsistent quant au risque de fragilisation des activités mémorielles suite au projet de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne dans le domaine de la sécurité. Ce projet de loi, qui cherche à renforcer les dispositifs de contrôle de la détention et de la circulation des armes, est particulièrement inquiétant pour les collectionneurs et reconstitueurs, dans la mesure où il remet en cause le droit d’acquérir, détenir, transmettre et circuler librement avec une arme blanche ou à feu de collection ou historique.

Les reconstitueurs, bénévoles, valorisent et préservent notre patrimoine historique. Et, par définition, le reconstitueur a vocation à se déplacer pour participer à des évènements publics, tourner des documentaires, faire vivre des musées, participer à des expositions, des commémorations patriotiques, intervenir dans des écoles, etc. En outre, l’Histoire Vivante est un outil pédagogique qui s’adresse à tous et en particulier aux plus jeunes. Acteurs du devoir de mémoire, les reconstitueurs sont demandés et présents sur un très grand nombre de commémorations officielles. En effet, la Reconstitution Historique connaît en France un développement continu depuis 30 ans.

Or, des commémorations ont été délocalisées en Belgique en raison des restrictions. Egalement, les collectionneurs de véhicules et matériels militaires anciens sont inquiets. Aussi, de nombreux groupes de reconstitutions ne prendront plus le risque de participer aux commémorations du centenaire de la fin de la Grande Guerre, des Débarquements de Normandie et de Provence par exemple.

C’est pourquoi il lui demande quelles suites il compte donner, afin de ne pas sacrifier tous les enjeux de la reconstitution historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *