La Cour de cassation a jugé dernièrement qu’une loi étrangère qui ignore la réserve héréditaire peut s’appliquer à la succession d’un Français. Autrement dit, un parent ayant sa résidence habituelle dans un Etat dont la loi ne prévoit pas de réserve héréditaire peut déshériter ses enfants. En l’espèce, un Français, installé aux Etats-Unis, avait, par testament fait en Californie, légué tous ses biens à sa dernière épouse. Ce faisant, il avait déshérité totalement ses deux enfants français nés de ses précédents mariages. En prévoyant au profit des enfants une réserve héréditaire, la loi française ne permet pas à un parent de les déshériter totalement. Cependant, la loi applicable à la succession du défunt était la loi californienne, du fait que celui-ci était installé en Californie depuis de très nombreuses années et qu’il y avait sa résidence habituelle au moment de son décès. Or la loi californienne ne connaît pas le principe de la réserve héréditaire. Les deux enfants français du défunt ont tenté de faire valoir leurs droits sur la succession de leur père devant les juridictions françaises. Ils demandaient d’écarter l’application de la loi californienne qui ne respecte pas le principe de la réserve héréditaire et permet à un parent de déshériter complètement ses enfants. En vain. Pour la Cour de cassation, en effet, une loi étrangère qui ignore la réserve héréditaire n’est pas en soi contraire à l’ordre public international français et ne peut être écartée « que si son application conduit à une situation incompatible avec les principes essentiels du droit français en plaçant les héritiers évincés dans une situation de précarité économique ou de besoin ».

Cour de cassation, Chambre civile 1, 27 septembre 2017, n°16-17198  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *