Question n° 09529 adressée à Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports

À publier le : 21/03/2019

Texte de la question : M. Guy-Dominique Kennel attire l’attention de Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur deux propositions qui sont sources d’inquiétudes et d’incompréhensions pour l’ensemble des professionnels des auto-écoles. D’une part, l’annonce d’une baisse du coût du permis de conduire, qui a, à ce jour, surtout causé une baisse drastique des inscriptions dans les écoles de conduite du pays (chute de 60 % des inscriptions en novembre et décembre 2018). Si la profession partage l’objectif gouvernemental de faciliter l’accès de tous au permis de conduire, elle ne souhaite pas une formation bradée au regard des risques que cela ferait courir sur nos routes. Qui plus est, c’est une profession qui a vocation à rester particulièrement réglementée et parfaitement contrôlable par les pouvoirs publics. Par ailleurs, on ne réduira pas le coût du permis aux moyens d’interfaces numériques hors-sol et centralisées de mises en relations, dans la mesure où ce sont les objectifs de contenu et de niveau de la formation qui constituent les composantes essentielles de son prix élevé. D’autre part, l’intention de mettre en place un agrément des écoles de conduite à portée nationale, en remplacement de l’agrément départemental actuel, nie l’ancrage local, le lien de proximité qu’il constitue et son intérêt pédagogique, notamment pour accueillir des cours collectifs et des simulateurs de conduite à même de faire baisser le coût de la formation. À ces risques s’ajoutent ceux de précariser les emplois de l’éducation routière, de diluer la responsabilité professionnelle jusqu’à la rendre incontrôlable pour en détourner et en capter la valeur au profit d’une poignée d’entrepreneurs opportunistes. Il lui demande par conséquent d’éclaircir le flou autour de ces deux propositions en veillant à rassurer les professionnels de l’auto-école et à travailler avec eux plutôt que sans eux.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *